Vivre en toute simplicité, c’est un défi pour nous tous. Allez à l’essentiel. Le confinement est a été une « drôle » d’expérience, une opération-test.

En clair, un laboratoire expérimental du vivre ensemble en gestion participative axé sur l’environnement et la convivencia. Mise à disposition des chalets (dans la limite de leur disponibilité) à des personnes tentées par le projet pour un weekend, une semaine, un mois, un an.

Une convention est présentée à l’arrivée, contenant le règlement intérieur.

Il faut distinguer les membres de l’association « Moulin à paroles » : les Alluchons (alluchon : pièce maîtresse de rouage) et les vacanciers qui occupent les meublés de tourisme.

Côté hébergement, le « pressoir », 2 chalets de 2 personnes, 1 chalet de 2 ou 3 pers, et la chambre familiale. Soit maxi 15 pers.

Côté moulin, la salle du four à pain accueille une trentaine de convives, ouverte sur toute la largueur, elle est vraiment belle.

L’accueil et la salle à manger, dans l’ancien moulin, salle commune, est rustique et typique. Dessous l’accueil, la cave. Dessus la salle à manger, la chambre familiale. Derrière la cuisine, la cave, dessus l’ancien pressoir… Je vous sens déjà perdu.

Ces lieux sont des lieux communs au collectif d’habitats.

La cuisine au moulin est partagée. Un projet de cuisine extérieur se met en place (printemps 2021)

Ceci est un appel à toutes personnes souhaitant expérimenter un mode de vie dont le mot-clé serait « PEU », arrêter le si confortable « chacun pour soi », penser global et agir local. Car nous allons vivre avec moins, parce que ce sera là une nécessité.